contact@atelier-severine.com - Tel : 0692 03 98 86

Nos conseils pour prendre soin de vos parures de lit

entretien parures de lit - Atelier Séverine

Nos conseils pour prendre soin de vos parures de lit

|3 avril 2019

Votre linge de lit, que vous avez choisi aussi bien pour passer d’agréables nuits que décorer subtilement votre chambre à coucher, mérite le plus grand soin. À quelle fréquence faut-il nettoyer ces pièces et, surtout, comment procéder pour garder une hygiène optimale sans jamais risquer d’endommager la matière ? L’Atelier Séverine répond à toutes vos questions !

Un nettoyage complet au moins deux fois par mois

En matière d’hygiène, tout le monde n’a pas les mêmes exigences. De plus, la nuit, certains transpirent beaucoup plus que d’autres, ce qui peut obliger à nettoyer plus ou moins fréquemment ses parures de lit. Toutefois, si vous n’avez pas de soucis spécifiques (sudation, cheveux qui graissent), nous vous recommandons de passer en machine tous les draps au moins une fois toutes les deux semaines.

Si vous (ou votre conjoint) souffrez de problèmes de transpiration, il peut être nécessaire de procéder à cette étape plus souvent, éventuellement une fois par semaine.

De plus, en dehors des mauvaises odeurs émanant des humains, il ne faut pas oublier que les draps mal entretenus peuvent devenir des nids à microbes. Les acariens s’y développent très vite, ce qui peut générer des phénomènes d’allergies qui viendront troubler le sommeil. On ne néglige donc sous aucun prétexte l’hygiène du linge de maison !

Un cycle de lavage adapté aux matières du tissu

Toutes les parures de lit ne sont pas faites avec le même tissu, ce qui implique des niveaux de tolérance différents face à la chaleur de l’eau et à la puissance de l’essorage. Le coton se lave idéalement à 40 degrés, pour éviter toute décoloration. Il peut supporter un cycle à 60 degrés, mais il faut dans ce cas être particulièrement vigilant sur le risque de voir les couleurs dégorger.

Une parure de lit en percale, jersey ou lin passe généralement à 60 degrés, mais il faut vérifier les consignes du fabricant de manière systématique pour éviter de commettre une erreur. En revanche, dès lors que l’on entretient de la soie, on ne dépasse en aucun cas les 30 degrés, car il s’agit d’une matière extrêmement fragile.

Quel que soit le tissu pour lequel vous avez opté, il faudra miser sur un essorage doux et un séchage à l’air libre pour préserver au maximum toutes les fibres. De plus, on ne surcharge jamais la machine, au risque de mal nettoyer les draps. Si vous avez beaucoup de textiles sales, il est préférable de les laver en plusieurs fois (autant pour éviter d’endommager l’électroménager que pour plus d’efficacité).

Enfin, on doit bien évidemment séparer le blanc des couleurs, et ceci même quand on procède à basse température, pour se prémunir des mauvaises surprises à l’ouverture du tambour.

Comment redonner au linge de lit son apparence initiale ?

Avec le temps, les draps blancs peuvent perdre de leur éclat. Dans ce cas, on peut les imprégner très légèrement (avec un vaporisateur) de vinaigre blanc avant le lavage en machine. Cela permettra de redonner la couleur naturelle sans recourir à des produits agressifs. N’utilisez surtout pas de l’eau de javel, qui va fragiliser votre tissu. Pour conserver de belles parures, évitez également tous les adoucissants vendus en supermarchés, qui ont tendance à donner un aspect jauni aux textiles.

Votre parure de lit a été tachée ? Dans ce cas, réagissez le plus vite possible, pour ne pas laisser la matière s’imprégner. L’urine et le sang disparaissent facilement avec du savon noir délayé dans l’eau. Les autres taches sombres partiront normalement en mélangeant du vinaigre blanc dans de l’eau.

Si vous avez abîmé seulement un élément (drap, housse de couette ou de traversin, taie d’oreiller) de votre parure de lit, vous pouvez demander la confection de la pièce manquante pour la remplacer. L’Atelier Séverine réalise des parures intégrales, mais peut aussi vous aider à compléter un ensemble partiellement endommagé, pour pouvoir à nouveau l’utiliser.